Trail & Chasse : 5 conseils pour bien cohabiter et éviter l’accident.

 Les forêts et les montagnes n’ont jamais été autant fréquentées qu’aujourd’hui. L’essor du trail et le développement des sports de plein air amènent de plus en plus de monde dans la nature. Quand vient l’ouverture de la chasse, il devient indispensable de respecter quelques principes simples dans le but de cohabiter et de partager au mieux cet espace commun.

IMPORTANT : Cet article n’est en aucun cas « anti-chasse ». Ma volonté est simplement de partager avec toi quelques conseils tirés de mon expérience afin d’envisager plus sereinement tes balades en nature (sportives ou non) durant la saison de la chasse.

« Accidents de chasse », il n’est pas rare de voir ce titre dans les faits divers du journal local de septembre à février, période d’ouverture de cette pratique dans les départements français (la date est différente selon le département). Le développement des sports comme le trail ou la randonnée amène de plus en plus de monde dans la nature et pousse donc les uns et les autres à cohabiter ensemble. Avant de te partager quelques pistes de réflexion, qui te permettront, je l’espère, de ne pas finir ta sortie du dimanche avec une balle dans les fesses, voici quelques chiffres illustrant le sujet :

 

  • 1,2 millions de personnes disposent d’une licence de chasse en France, premier pays de chasseurs en Europe.
  • D’après l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage : 18 accidents de chasse mortels en France ont été recensés durant la saison 2016 – 2017. (Un chiffre en baisse d’année en année)
  • Les principales causes d’accidents mortels sont les suivantes : Le tir dans l’angle des 30 degrés (50 % des accidents) / La mauvaise manipulation de l’arme (27 %) / Le tir sans identification (16 %)
  • La très grande majorité des accidents a lieu le dimanche (jour où la fréquentation est importante)

#1 Etre bien visible et porter des vêtements fluos.

La visibilité est l’élément le plus important à prendre en compte si tu décides de sortir en nature durant la période de la chasse. Tu remarqueras que les chasseurs portent tous des gilets fluos d’une couleur orange alors n’hésite pas à en faire de même. Et peut importe que ton t-shirt ou coupe-vent ne soient pas accordés à tes baskets, porter des couleurs vives te rendra visible et te permettra d’être vu de loin ! Privilégie le orange ou le jaune fluo et évite toutes les couleurs se confondant avec la nature, les arbres et plus largement l’environnement dans lequel tu évolues. Il faut que le contraste soit bien net afin que les chasseurs t’identifient parfaitement.

#2 Faire du bruit et être entendu (mais pas confondu avec le bruit d’un animal) afin d’éviter « l’effet de surprise »

Le second élément qui me parait essentiel est de ne jamais surprendre un chasseur en poste. Il est généralement concentré, à l’affût du moindre bruit et « l’effet de surprise » provoqué par ton arrivée pourrait être facteur de stress et donner naissance à une situation potentiellement dangereuse. Pour éviter cela il faut à tout prix faire du bruit ! Oui, mais pas n’importe quel bruit pour ne pas être confondu avec celui d’un animal ! Personnellement j’utilise un sifflet lorsque je pars courir et que je sais que des chasseurs pourraient être postés à certains points de mon parcours. Je n’hésite pas à siffler régulièrement, notamment lorsque la visibilité est mauvaise ou que j’arrive à une bifurcation, à un point où la rencontre pourrait avoir lieu. Un sifflet ne prend pas de place et est très facile à emporter lors de ta balade. Alors je ne dis pas qu’il faut siffler toutes les 5 min… mais lorsque tu sens que tu arrives à un endroit possiblement dangereux, son utilisation devient intéressante et ne te demande que peu d’effort. Si vraiment tu n’as pas de sifflet ou que tu l’as oublié, chante ou parle très fort !

#3 Ne pas s’éloigner des sentiers.

Ce conseil assez simple au premier abord est pourtant très important. Plus tu t’éloigneras des sentiers et plus le risque de rencontrer un chasseur et surtout de le surprendre augmentera. En effet, celui-ci ne s’attendra pas à voir débouler une personne hors des chemins et sera probablement surpris de faire ta rencontre. Généralement les chasseurs connaissent très bien les sentiers, chemins et autres pistes forestières traversant les forêts et savent que des personnes peuvent se balader sur ces endroits précis. Ne pas s’en éloigner me semble être une manière intelligente d’éviter toute mauvaise surprise.

#4 S’informer du positionnement des chasseurs en instaurant le dialogue.

Tu arrives sur le lieu de ta balade et te rends compte que des voitures de chasseurs sont garées et qu’ils sont probablement positionnés sur ou à proximité de ton itinéraire. Lorsque c’est le cas, car cette situation arrive très souvent pour ma part, je vais immédiatement parler avec le premier chasseur croisé pour savoir où ses collègues sont placés. Instaurer le dialogue te permettra de connaître plusieurs éléments importants pour la suite de ta sortie :

  • Connaître le nombre de chasseurs présents et leur positionnement
  • Savoir combien de temps environ ils resteront en poste
  • Connaître l’objet de la chasse du jour (Une battue aux sangliers est-elle organisée ? Les chasseurs sont-ils juste là pour rechercher les traces des animaux ? etc)

S’informer de ces différents points est donc une chose que je réalise systématiquement et qui m’a permis de connaître leurs habitudes et leurs principaux postes sur les itinéraires que je fréquente régulièrement. Le dialogue et la communication te garantiront également d’être connu et reconnu durant ta sortie et lors d’une possible rencontre. Discuter avec eux et partager tes habitudes et les itinéraires que tu empruntes le plus ne peut que diminuer le risque d’accident.

#5 Adapter son itinéraire.

Si à la suite du dialogue que tu as eu avec les chasseurs ou bien si tu arrives sur le lieu de ta balade en t’apercevant qu’un panneau « battue en cours » est placé, je te conseille de modifier le parcours que tu avais prévu de réaliser. Ne fonce pas tête baissée en te disant que de toute façon la montagne n’appartient pas aux chasseurs… Oui c’est vrai, la nature doit être partagée et personne ne la possède. Sauf que les chasseurs ont des fusils et nous non ! Alors ne prends pas de risque et n’hésite pas à adapter au maximum ton itinéraire si tu sens que la rencontre ou « l’effet de surprise » seront inévitables.

Ces quelques pistes te permettront, je l’espère, d’envisager ta prochaine balade en nature avec le plus de sécurité possible. La cohabitation peut paraître impossible au premier abord mais je suis certain que le dialogue et l’adaptation peuvent permettre de partager au mieux ces espaces de plus en plus fréquentés que sont les forêts et les montagnes !

Tu aimeras également :

Restons connectés !

Rejoins la page Facebook !

This message is only visible to admins.

Problem displaying Facebook posts.
Click to show error

Error: An access token is required to request this resource.
Type: OAuthException
Solution: See here for how to solve this error

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le nouvel article directement dans ta boîte mail

Merci et à très vite !